Perspectives

Les trois thèmes de recherche pour le prochain quinquennal qui ont été définis de façon collégiale lors de l’élaboration du dernier projet scientifique seront portés de façon transversale par les deux directrices de l’équipe. La responsabilité de chaque thème sera en outre confiée à des binômes de chercheurs.

A travers ces trois axes émergent différents profils identifiés collégialement :

  • Changements climatiques, énergie et territoires. 
  • Métropolisation comparée, mobilités innovantes. 
  • Art et fabrique des espaces publics/Nouveaux regards, nouveaux dispositifs, nouvelles pratiques
  • Histoire et épistémologie de la conception architecturale et urbaine. 

 

Thème 1 | Conception architecturale et ingénierie : ambiances, dispositifs innovants et ville durable 

Au carrefour de différents champs d’intérêt et d’investigation (perception des ambiances, sémiotique, techniques de construction, démocratisation des savoirs, etc.) les travaux entrepris au sein de cette thématique tendent à cartographier l’ensemble des mutations qui constituent aujourd’hui la conception en architecture et en urbanisme. De nature appliquée ou fondamentale, les recherches menées dans cet axe visent à comprendre et à théoriser les processus à l’œuvre au sein de la conception architecturale et urbaine afin d’en définir la nature au sein du monde de la connaissance en général. Le pouvoir d’inférence de certains concepts, l’évaluation de notions et protocoles relatifs aux technologies de modélisation de projets en rapport avec ce qui détermine les qualités d’un environnement construit, perçu et pensé sont des points fondamentaux autour desquels s’articulent les travaux des chercheurs. La compréhension des stratégies de conception, des processus de formalisation et de genèse des langages spatiaux, l’optimisation des dispositifs constructifs et leur capacité à créer des “ambiances” sont des problématiques que cet axe entend développer pour appréhender au mieux l’évolution des conditions (conceptuelle, perceptuelle et contextuelle) de la conception architecturale et urbaine d’aujourd’hui. En outre, les recherches entreprises autour des aspects processuels, rapportées à des questions de savoir conceptuel ou technique, permettent d’instruire un nouveau champ critique pour le jugement et l’évaluation de la “qualité” des projets d’architecture et d’urbanisme en particulier dans le domaine de l’enseignement. Un des enjeux de cette thématique est l’approfondissement de la maîtrise de l’expression architecturale et de son apprentissage comme “véhicule” pour nos modes de vie, perceptions et représentations. En synergie avec les compétences de partenaires privés ou publics, l’équipe souhaite accélérer le processus de recherche et de développement de solutions technologiques et/ou organisationnelles innovantes et économiquement viables.

 

 

Thème 2 | Métropolisation, urbanités et cultures de l'habiter

Un ensemble de chercheurs de l'AMUP porte un intérêt envers une démarche transdisciplinaire permettant de comprendre les outils, les dispositifs et les processus à l’œuvre dans le projet métropolitain actuel. Dans les recherches liées à ce thème, l’équipe analyse les grandes stratégies et les projets sectoriels qui ont marqué l’évolution métropolitaine la plus récente, avec un regard particulier, d’une part, sur la spécificité de la planification transnationale du Rhin supérieur par rapport à l’évolution des métropoles occidentales, et, de l’autre, sur les grandes questions concernant la planification des métropoles asiatiques. Sur ces territoires, l’équipe interroge en particulier le rôle des infrastructures liées à la mobilité et leur capacité à créer de l’urbanité à l’échelle locale. En parallèle, l’analyse des chercheurs porte aussi sur les processus novateurs en termes de dialogue entre acteurs qui ont permis la naissance de “scènes hybrides” d’échanges et de discussion, en particulier avec la population. Elle se penche sur l’analyse d’approches artistiques ou plus largement “créatives” et leurs interactions avec des espaces physiques (ville, paysage), existants ou projetés, et des espaces sociaux. Il s’agit de l’analyse de projets artistiques (installations paysagères urbaines et rurales) basés sur des techniques plastiques ainsi que sur les nouvelles technologies (projets numériques, ville créative, smart city...) et en lien avec des projets architecturaux et urbains (nouveaux quartiers, rénovations urbaines etc.). Ces projets sont interrogés comme manières de faire ville, ou manières de voir la ville. Les acteurs étudiés sont des groupes, ou des artistes seuls, se servant de l'art comme outil de construction ou d’intervention en lien avec des institutions et des structures avec des intérêts divers (associations artistiques, organismes municipaux, associations pluridisciplinaires, groupes de citoyens, collectifs etc.) mais ayant toutes une inscription au sein de la “ville créative”, la patrimonialisation par le concours de l'art et/ou la transformation urbaine par la culture. La forme participative, souvent au cœur de ces démarches, est interrogée ainsi que les interactions et les conflits entre des projets institutionnels et des projets alternatifs ou plus contestataires. S'intéresser à ces processus revient à prendre en compte les effets d’hybridations et les métissages entre différents domaines de connaissances et de pratiques urbaines.

 

Thème 3 | Histoire des formes spatiales et sociales : genèse, théories et configurations

Les chercheurs intéressés par ce thème interrogent les formes spatiales et sociales en les inscrivant dans la longue durée et à partir de la focale de différentes disciplines : l’histoire, la géographie, l’archéologie, l’architecture, la sociologie, la philosophie. Ils se proposent de comprendre la prégnance des théories relatives à l’architecture dans sa relation à la ville et de définir de nouvelles méthodologies de lecture des tissus urbains et des objets architecturaux hérités de l’histoire. Ils adoptent des approches de type “morphologique”, “archéologique” et “politico-philosophique”. Les premiers se concentrent sur le développement d'un savoir très particulier et peu étudié jusqu'ici, celui de la réutilisation dans les projets urbains des états existants de la ville. Les seconds étudient l’évolution des tissus urbains à partir de la relecture des œuvres de géographes et urbanistes du XIXe et XXe siècle (allemands, français et italiens en particulier), ainsi que des projets d’urbanisme et d’aménagement formant l’outillage théorique et pratique pour aménager les métropoles du XXe siècle. Enfin, le troisième groupe est attaché à une approche “politico-philosophique” et centre ses recherches sur les notions et les démarches liées aux “laboratoires d’art urbain” du XXe et XXIème siècle. Les chercheurs se proposent de mettre en évidence ces démarches, théories et processus qui ont permis à la ville de se transformer par adaptation et réutilisation des strates anciennes, voire par leur juxtaposition, ou même destruction.


bouton these en cours AMUP