L'Équipe

  • Thèse en cours

    Direction de thèse: 
    Denis BOCQUET
    École doctorale 519 - Sciences de l’Homme et de la Société - Université de Strasbourg.

    En réponse à la nécessité de densification urbaine et de lutte contre l’étalement urbain, la surélévation est perçue et présentée depuis de début du 21e siècle comme une solution permettant de répondre à différents enjeux simultanément et exploitable à grande échelle. Dans ce contexte, la thèse questionne la pertinence de la surélévation au regard des politiques de densification verticale actives. La densification verticale est-elle une pratique exploitable à l’échelle urbaine pour répondre aux enjeux démographiques, sociaux et environnementaux actuels tant convoqués dans les politiques urbaines ? Répond-elle efficacement aux besoins de création de logements, favorise-t-elle la mixité sociale, permet-elle de lutter contre l’étalement urbain et de financer la rénovation énergétique et thermique du parc bâti ancien ? Met-elle en valeur le patrimoine architectural ? Peut-elle participer à l’harmonie paysagère et urbaine ? La construction de la ville sur elle-même est-elle une utopie ou une solution réaliste ? Quel est le potentiel réel de cette typologie dans un contexte économique néo-libéral et un contexte démographique en constante croissance ? L’objectif de la thèse est de vérifier la pertinence de l’usage de la surélévation comme solution de densification à l’échelle urbaine au regard de la réalité de sa mise en œuvre, et selon les contextes de trois cas d’études représentatifs. La réalité des situations, de l’organisation de la maitrise d’ouvrage, des intérêts des acteurs, etc., permettra de relativiser sa pertinence. La recherche s’est articulée autour d’un ensemble d’enquêtes et d’entretiens semi-directifs concentrés sur trois cas d’études principaux : les métropoles de Paris, Genève et Barcelone.