Axe 3

Histoire des formes spatiales et sociales : genèse, théories et configurations

 

Contexte scientifique 

Ce thème interroge les formes spatiales et sociales en les inscrivant dans la longue durée et à partir de la focale de différentes disciplines : l’histoire, la géographie, l’archéologie, l’architecture, la sociologie, la philosophie. Depuis les années 1960 et l’émergence du débat sur l’architecture urbaine comme champ disciplinaire, l’analyse des formes spatiales à l’échelle urbaine a fait l’objet de nombreuses positions théoriques qui définissent autant de courants de pensée dans lesquels on peut lire l’apport de différentes approches. Dans cet axe, les recherches se proposent, d’une part, de comprendre la prégnance de ces théories d’analyse de l’architecture dans sa relation à la ville et, de l’autre, de définir de nouvelles méthodologies de lecture des tissus urbains et des objets architecturaux hérités de l’histoire. Les recherches se sont focalisées sur l’échelle urbaine adoptant des approches de type “morphologique”, “archéologique” et “politico-philosophique”. Si la ville s'est transformée pendant longtemps sur elle-même, au cours de la deuxième moitié du XXe siècle elle a eu tendance à évacuer ses vestiges devenus caducs et s'est reproduite par effacement des états antérieurs, donc en limitant fortement le phénomène de surhaussement qui caractérisait la phase précédente. Lors de la première phase, la reconstruction “sur elle-même” a eu pour conséquence le développement d'un savoir très particulier et peu étudié jusqu'ici, celui de la réutilisation des états existants. A Strasbourg, par exemple, ce savoir s'affirme avec éclat dès les premières manifestations de l'architecture savante ou vernaculaire et perdure dans des projets relativement récents comme celui de la Grande Percée (1906-1930), le dernier grand projet urbain intramuros de Strasbourg. Si certains chercheurs ont approfondi cette démarche dite “archéologique” d’analyse des projets urbains, d’autres ont étudié l’évolution des tissus urbains à partir de la relecture des œuvres de géographes allemands et français, ainsi que des projets d’urbanisme et d’aménagement formant l’outillage théorique et pratique pour aménager la métropole du Rhin supérieur à partir des années 1930. Dans ces travaux, plutôt centrés sur des démarches de type “morphologique” l’acception du terme “projet métropolitain” prend une connotation différente selon le contexte culturel : elle renvoie aux modèles de planification urbaine ou régionale de la Stadtlandschaft, côté allemand, et du “modèle rhénan”, côté français. Enfin, d’autres chercheurs plus attachés à une approche “politico-philosophique”, ont centré leurs recherches sur les notions et les démarches liées aux “laboratoires d’art urbain” au cours du XXe siècle. Les chercheurs se sont proposés de mettre en évidence ces démarches, théories et processus qui ont permis à la ville de se transformer par adaptation et réutilisation des strates anciennes, voire par leur juxtaposition, ou même destruction. 

 

Originalité

Approche historique et philosophico-politique dans l’analyse des formes urbaines. Mise à jours des théories de la morphologie et de la morphogénèse urbaine. Travail approfondi sur les théories sous-jacentes au champ disciplinaire de l’architecture urbaine. Analyse de la spécificité des formes spatiales et sociales de la ville de Strasbourg dans son rapport à l’évolution d’autres métropoles. Dépassement des faiblesses théoriques du champ disciplinaire de l’architecture urbaine. Décloisonnement des disciplines qui traitent du développement de la ville et des territoires (histoire, géographie, architecture urbaine, gouvernance politique, etc.).

 

Principaux évènements

  • ZIEGLER Volker : autour de l'exposition Interférences/Interferenzen. Architecture, Allemagne- France, 1800-2000 : nombreuses conférences, communications, visites guidées, interviews télé et radio (France 3 Alsace, Deutsche WelleSüdwestrundfunkSaarländischer Rundfunk), conception et modération d'un cycle de conférences au Mamcs (Strasbourg), en partenariat avec l'Ensas, le Goethe Institut de Strasbourg et le DAM de Francfort, entre 2013 et 2016.
  • ZIEGLER Volker : proposition, organisation et co-présidence (avec Klaus Tragbar) de la Third paper session Changing identities? Planning & Building in Border Regions, a difficult European heritage, 4e conférence internationale, European Architectural History Network (EAHN), Dublin, 2-4 juin 2016.
  • PIGNOL Alexandra : autour du travail de l’artiste David Diao et du collectif Stalker, Laboratorio di arte urbana, colloques et expositions co-organisés avec l’équipe de recherche en arts EA 3402 de l’Université de Strasbourg, 2014-2016. Liée à ces colloques et expositions, édition d’un ouvrage collectif bilingue (F/Ang), David Diao, sous la direction de Stéphane Mroczkowski et Alexandra Pignol, aux Presses Universitaires de Rennes, 2014.
  • MAZZONI Cristiana, BORGHI Roberta, D'EMILIO Luna et GRIGOROVSCHI Andreea : organisation de conférences et séances de débat sur les Cultures et processus du projet architectural et urbain, en lien avec les thèses de doctorat, pour la période 2012-2015. Co-publication de nombreux articles et livres sur la mise à jour des outils appartenant au champ de l’architecture urbaine, organisation du colloque international à Rome Riprogettare l’esistente. Idee per uno sviluppo senza consumo di territorio, Université de Rome la Sapienza, 14 octobre 2013. Liée à ce colloque : coordination scientifique du numéro monografique de la revue Trasporti & Cultura n° 36.

 

Thèses en cours

  • GRIGOROVSCHI Andreea, Architecture urbaine, cultures de projet et outils conceptuels en débats : figure, récit et scénario dans la pensée et la représentation de la ville contemporaine, sous la direction de C. Mazzoni, thèse soutenue en 2016.
  • STEINER Bruno, Espace public et pensée-paysage, sous la direction de F. Rudolf, thèse soutenue en 2015.
  • CHATOT Tristan, ROSSI Aldo, trajectoire d’un architecte enseignant dans l’Italie des années 1960. Pour une approche dialectique et épistémologique de la Fabrique du projet, sous la direction de C. Mazzoni, thèse soutenue en 2014.
  • D'EMILIO Luna, Morphologie urbaine et ville durable : théories et projets au tournant du XXIe siècle, sous la direction de C. Mazzoni, thèse soutenue en 2013.
  • FONTANA Francesca, La notion de densité dans la construction de l’espace métropolitain : entre Science et Mythe, sous la direction de C. Mazzoni, thèse soutenue en 2013.
  • KHACHATRYAN Maryam, Un espace en transition : Erevan 1991-2006, sous la direction de C. Mazzoni, thèse soutenue en 2011.
  • DEGOUL Jean-Philippe, L’image comme origine de la discipline architecturale et urbaine : les représentations modernes de l’espace, sous la direction de C. Mazzoni et A. Pignol, thèse en cours.
  • REIBEL Cathy, Les enjeux du patrimoine - le cas de la Neustadt à Strasbourg. Vers une mutation muséale de l’habitat urbain ?, sous la direction de F. Rudolf et de S. Glatron, thèse en cours.
  • LANG Fan, Les relations de voisinage dans la métropole asiatique d'aujourd'hui. Types d'habitat et perspectives de cohabitation au prisme de la notion d'“harmonie”, sous la direction de C. Mazzoni, thèse en cours.
  • SHARIFI Tiam, Stratégies urbaines et projets paysagers dans les métropoles contemporaines. L’évolution de l’espace public en rapport à la notion de “mémoire” urbaine et paysagère, sous la direction de C. Mazzoni, thèse en cours.
  • SALEEBY Oliver, Le matériau : Témoin de la combinatoire des époques au sein d'une même architecture, sous la direction de Laurent REYNES, thèse en cours.